Circulaire-en-ligne.ca
Recherchez sur le site:
Aubaines & Promotions Concours Circulaires
 
Voir les Promotions du moment

Panais Sauvage

Retour aux nouvelles

Détails de la nouvelle

ATTENTION ATTENTION

Après la Berce de Caucase voici le Panais Sauvage

Le Panais Sauvage Attention Mise en Garde

Attention au panais sauvage

Le panais sauvage (Pastinaca sativa) est une plante qui peut causer de graves irritations de la peau (dermatite) suite à un contact avec celle-ci. En fait, la sève de cette plante contient certains composés chimiques (furocoumarines) identiques à ceux retrouvés dans la berce du Caucase.

On reconnait cette plante à ses fleurs jaunes réunies en ombelles.

Le Panais Sauvage

Le panais sauvage est une plante qui fait partie du quotidien de plusieurs : elle pousse fréquemment sur les terrains et en bordure de rue.

Bien qu’elle paraisse inoffensive, ses liquides peuvent provoquer des lésions lorsqu’ils entrent en contact avec la peau. Ce problème peut être causé par le contact de la peau humide avec les feuilles et les tiges exposées au soleil ou par les racines de la plante.

La réaction allergique est une brûlure de premier degré, mais qui peut aussi atteindre le deuxième degré. Ces lésions ressemblent à un coup de soleil : rougeur, œdème et cloche d’eau, localisés sur la blessure qui sera alors plutôt chaude, très sensible et douloureuse au toucher. Les symptômes débutent environ 24 heures après un contact avec la plante.

Mise en garde :

Le panais sauvage ressemble à la berce du Caucase et il contient également de la furocoumarine qui peut causer des dermatites graves lorsque la peau est exposée au soleil. La gravité des réactions cutanées est grandement proportionnelle à l’ampleur du contact entre la peau et le végétal (tiges, feuilles).La sensation de brûlure se manifeste habituellement un jour ou deux après l’exposition et seulement aux endroits qui ont été en contact avec la sève et qui sont exposés au soleil. Dans les cas bénins, l’épiderme atteint rougit comme sous l’effet d’un coup de soleil. Le plus souvent, des rougeurs apparaissent, souvent douloureuses et accompagnées de grosses cloques. Contrairement aux cloques provoquées par l’herbe à la puce, celles du panais sauvage ne s’étendent pas.

Les moyens de lutte se limitent à retirer les racines avec une pelle ou d’appliquer du glyphosate, conformément à l’exception décrite dans l’interdiction des pesticides utilisés à des fins esthétiques du ministère de l’Environnement.

 

Retour aux nouvelles

Inscription
Fermer Afficher
-->