Circulaire-en-ligne.ca
Recherchez sur le site:
Aubaines & Promotions Concours Circulaires
 
La Grande Guignolee des Medias

Haïr les Pauvres, Parce que c’est Moins Compliqué

Retour aux nouvelles

Détails de la nouvelle

19 jan. 2016 par Mathieu Charlebois - L'actualité

Haïr les pauvres, parce que c’est moins compliqué

Le centre de désintoxication Mélaric a fermé ses portes la semaine dernière, à la surprise générale de tous ceux qui ne lisaient pas le journal en mai 2015.

On savait depuis l’annonce de la réforme de l’aide sociale que ça allait arriver, mais savoir quelque chose à l’avance n’a jamais empêché un gouvernement de faire une face de chevreuil aveuglé par les phares quand ça arrive finalement.

Et ce n’était qu’un début: plusieurs centres n’accueillent plus que les toxicomanes et les alcooliques qui ont les moyens de payer leurs frais de séjour et leur thérapie. Au Québec, se sortir du trou est allé rejoindre le caviar, la décapotable et le popcorn de cinéma dans la liste des biens de luxe. Formidable.

Il faut se serrer la ceinture et choisir avec soin là où on pitche nos milliards les yeux fermés. La prochaine fois, le junkie, tu t’envoleras en fabriquant des avions plutôt qu’en prenant de la drogue. C’est tout. En attendant, pense aux baisses d’impôts que tu vas avoir bientôt, ça va te changer les idées. Si tu payes de l’impôt.

Cette réforme, c’est le genre de truc conçu par des gens qui sortent la tête mouillée en plein hiver pour économiser sur l’électricité du séchoir à cheveux. «C’est vraiment super tout l’argent que je sauve!», nous expliquent-ils entre deux quintes de toux de leur cinquième bronchite.

Grâce à cette idée si bête que même Alain Dubuc se met à dire du mal des politiques économiques des libéraux (notez la date!), le Québec va économiser, tenez-vous bien, 6 millions de dollars.

Dégager 6 millions quand on est un gouvernement, c’est comme trouver un vieux 5 $ dans ses poches en ressortant son manteau d’hiver en novembre: c’est pas ça qui va virer ton budget à l’envers.

Comparons, pour le plaisir.

On va donner 2 milliards  à TransCanada pour une centrale au gaz, et on n’ose pas imaginer combien de trillions ont leur donnerait si ladite centrale était ouverte en plus.

La STM a dépensé 7,6 millions pour un bidule en plastique dont personne ne veut, la plus grande part de ce montant ayant servi à développer une machine à voyager dans le temps permettant de ramener en 2015 une technologie de 1995.

À l’hôpital Charles-Le Moyne, on peut distribuer 2 millions de primes injustifiées à des médecins pendant huit ans, sans même s’en rendre compte. Des primes que les disciples d’Hippocrate n’auront pas à rembourser, contrairement à cette arnaqueuse de l’aide sociale qui vivait comme une reine en quêtant sans déclarer les faramineux 25 sous qui atterrissaient dans son chapeau.

Le monde politique doit être surpris de la réaction négative du public. Habituellement, les politiciens, les policiers et les fonctionnaires peuvent frapper sans s’inquiéter (métaphoriquement et littéralement) sur les gagne-petit. Tout le monde s’en fout.

Non seulement le lobby des pauvres n’est pas très puissant (engager un influent libéral, ça coûte cher!), mais en plus, tout le monde s’en méfie.

Dans une récente étude de la Commission des droits de la personne, 49 % des répondants ont dit avoir une opinion négative des prestataires de l’aide sociale. La moitié des participants à l’étude considèrent même normal qu’un propriétaire se méfie de locataires qui seraient soutenus par l’aide sociale.

Oui, il faut se méfier des pauvres. Ils sont trop paresseux pour se trouver une job, mais ils travaillent quand même tous au noir juste pour nous niaiser. Les assistés sociaux vivent grassement sur notre bras, mais ils le font dans des taudis et des quartiers sales pour ne pas que ça paraisse. Sacrés ratoureux.

Une partie des Québécois semblent croire que le Québec pourrait se sortir du pétrin budgétaire s’il s’attaquait aux «maudits BS». Pourtant, même si le quart des assistés sociaux (un sur quatre!) fraudait, ça ne ferait quand même que 725 millions de dollars. Penser qu’on peut rembourser la dette en coupant les «BS» qui fraudent, c’est comme penser pouvoir payer l’hypothèque de sa maison en roulant ses 5 ¢. J’espère que t’as un plan B.

Pendant ce temps, Oxfam nous apprend qu’un groupe sélect de 62 personnes possède autant que la moitié la plus pauvre de la population mondiale et que le 1 % le plus riche a plus que le 99 % restant combiné.

Rien de suspect ici. Pas de raison de croire qu’un proprio devrait se méfier d’un homme en veston-cravate qui voudrait lui acheter son bloc appartement.

Et pendant que le «BS» se promène le portefeuille vide, le plein de fric se balade avec le politicien et le pouvoir dans sa petite poche, en tentant de nous convaincre que ce sont les pauvres qui nous empêchent d’être riches.

Je n’ai peut-être pas les valeurs à la bonne place, mais j’ai de la difficulté à m’émouvoir du coût de l’aide sociale et de ses quelques fraudeurs quand il y a 47 milliards de capitaux québécois qui se font bronzer le dividende dans des paradis fiscaux.

Même que des fois, je me dis que si on voulait vraiment combattre la pauvreté, ce serait plus intelligent de courir après les riches, plutôt qu’après les pauvres.

Source : L’actulaité

Retour aux nouvelles

Inscription
Fermer Afficher
-->